This glossary explains, with simple words, the legal terms which the site refers to.

Abandon de famille / Desertion and non-support of one's family
Crime committed in particular when: :

- the father (or mother) shall evade for more than two consecutive months his material or moral duties towards his children,

- a person sentenced to pay maintenance does not voluntarily discharge this obligation for more than two months.

Acte authentique / Authenticated document
A document drawn up by a competent public official (notary, bailiff, civil registrar), drawn up in accordance with the formalities required by law and liable to enforcement..

Acte de procédure / Procedural act
Set of formalities to be carried out by the parties (the plaintiff or the defendant), their representative or court officers (lawyer, attorney, bailiff). It makes it possible to initiate legal proceedings, to ensure the course of the proceedings, to suspend or extinguish them, or to enforce a judgment. Example: summons, service of judgment.

Acte sous seing privé / Private deed
Undertaking prepared and signed by individuals without the use of a public officer. Example: Contract. /p>

Action en justice / Legal action 
Proceedings before a court to obtain respect for or recognition of a legitimate right or interest. It also designates: the right of a person to assert a claim before a judge, to be heard and judged on it, the opponent's right to discuss its merits. ;.

Amende / Fine
Sanction consisting in the payment of a sum of money.

Amiable / Amicable
Refers to an agreement or arrangement reached through the conciliation of adversaries, thus avoiding a trial.

Annulation / Avoidance
A legal act declared null and void and which becomes ineffective. Example: the cancellation of a contract for lack of consent of one of the parties.

Appel / Appeal 
Appeal against a court decision rendered at first instance. The person making the appeal is called the "appellant", the person against whom the appeal is made is called the "respondent". .

Assesseurs / Assessor
When the judgements are made by three judges, one is the President and the other two are appointed assessors.

Arrêt / Court's judgment

Attribution / Attribution

- possession of property or money.

Autorité parentale / Parental authority

Avant-contrat / Preliminary contract
Private deed signed by two people before drafting a contract.

Avenant / Rider
A document added to a contract and signed by those who signed it.

Avocat / Lawyer

Bail / Lease
Refers to a variety of rental properties for residential, commercial or rural use. It is also used for the renting of animals that could benefit agriculture ("livestock lease"). It also refers to the leasing agreement defining the relationship between an owner (the "lessor") and its lessee (the "lessee").

Bien / Property
Any thing that is owned and subject to a real right. Example: property and its dismemberment (servitudes, usufruct).

Biens communs / Marital property
Property of which the spouses are joint owners and which is divided in principle by half in the event of divorce, after dissolution of the community of spouses.

Biens corporels / Tangible property
Goods that have a material existence. Example: furniture, sum of money, etc.

Biens immobiliers / Real estate
Refers to goods that cannot be moved (land, house...) or objects that form an integral part of a building, called real estate by destination (fireplace, individual central heating...).

Cause / Action
(1) Refers to a case before a judge. 2) Element leading to consequence.

Caution / Guarantee
A person who undertakes to take the place of the debtor if the latter fails to pay his or her debt.

Chambre / Chamber
Formation of a trial court.

Clause / Provision
The specific provision of a legal act that usually contains several legal acts. Example: in a bill of sale, clause specifying the delivery date or payment method.

Code Civil / Civil Code
Collection of a set of laws and decrees in civil law matters.

Code de la Consommation / Consumer Code
Collection of a set of laws and decrees on consumer law.

Code de la Propriété Industrielle / Industrial Property Code
Collection of a set of laws and decrees on industrial property.

Code de la Sécurité Sociale / Social Security Code
Collection of a set of laws and decrees on social security law.

Code de Procédure Civile / Code of Civil Procedure 
Collection of a set of laws and decrees on civil procedure.

Code du Travail / Labour Code
Collection of a set of labour laws and decrees

Code Pénal / Criminal Code
Collection of a set of criminal laws and decrees.

Commandement / Writ
Act of judicial officer ordering a person to carry out the obligations arising from an authentic instrument.

Commis d'office (avocat) / Designated lawyer
Lawyer appointed by the President of the Bar Association or, failing that, by the President of the court during a criminal trial.

Compétence - compétent / Competence
Legal capacity for a public authority or court to perform an act, or to investigate and try a case.

Concubinage - concubins / cohabitation - cohabitant
Characterizes two people who live together without being married and who are not legally related to each other.

Condamnation / Conviction1) Civilian a decision requiring a person to pay a sum of money (e. g., damages), perform an act or enforce a right according to what is being judged. 2) Penalty a court order declaring a person guilty of committing an offence and imposing a sentence.

2) Pénale

décision de justice qui déclare une personne coupable d'avoir commis une infraction et prononce une peine.

Condamné / Convicted
In criminal matters, a person guilty of committing an offence.

Congé / Leave
A letter by which a tenant indicates to the lessor (or vice versa) that he or she intends not to pursue the lease.

Conseil d'Etat / Council of State
Supreme court of the administrative order. As such, it rules in the second instance on cases decided by administrative tribunals and administrative courts of appeal. In addition, the Government consults it when drafting bills and certain decrees. Its opinion may also be required in response to questions submitted by the Government.

Conseil des Prud'hommes / Industrial Tribunal
Court of jurisdiction for individual disputes arising from employment or apprenticeship contracts. It is composed of equal numbers of employers and employees. The procedure includes a compulsory conciliation phase.

Constat amiable / Report of road accident agreed by the parties involved
A document that two motorists normally have to sign in the event of a traffic accident, even if there is disagreement about the circumstances of the event.

Constat par huissier / Bailiff's report
A document made by a bailiff, which records in writing any evidence that must be certified.

Constitution / Constitution
In the context of a procedure, an act by which certain decisions are officially announced. For example, the constitution of a civil party (a victim announces to the court and the person responsible for a damage that he or she is going to seek compensation), or the constitution of a lawyer (a party indicates the lawyer he or she has chosen to assist him or her in a trial).

Contrat / Agreement
A document on plain paper, signed by at least two persons and having the force of a law between the signatories.

Contrat de travail / Employment contract
A paperless document that defines the relationship between an employer and an employee.

Contravention / Fine
Infringement punishable by a fine of up to €1,500 (€3,000 in the event of a second or subsequent offence) and additional penalties: suspension of the driving licence, etc.

Convention / Agreement
Document on plain paper, signed between two persons. .

Coupable / Guilty
Refers to a person who has been found guilty of an offence.

Cour / Court
Jurisdiction of a superior order. Example: Court of Appeal, Court of Assizes, Court of Cassation, etc.

Cour d'Appel / Court of Appeal
A court of second instance that deals with a case previously before a court.

Cour de Cassation / Final Court of Appeal
Headquartered in Paris, the supreme court of law and order. Its role is not to judge a case, but to ensure compliance with the correct application of the law.

Créance / Claim
A sum of money owed to a creditor.

Créancier / Creditor
A person, physical or moral, to whom a sum of money is owed.

Culpabilité / Guilt : voir Coupable / see Guilty

Débiteur / Debtor
A person, natural or legal, who owes a sum of money to another person.

Débouter / To reject a suit
Dismissing a court application.

Décision / Decision
Judges are said to make a decision when, at the end of a trial, they decide a case by providing imperative solutions. Judgment emanates from the Courts of First Instance or High Court. The judgment is given by a Court of Cassation, Appeal or Assizes, or the Council of State.

Dédommagement / Compensation
Collecting money in the form of an annuity or lump sum.

Délit / Crime
Offence tried by the correctional courts and punishable by up to 10 years' imprisonment, a fine or additional penalties. Imprisonment may be replaced by alternative sanctions (e. g. day of fine, community service).

Dépot de garantie / Earnest money
Amount paid to a landlord when renting a dwelling. In general, it is equivalent to two months' rent.

Détention provisoire / Custody
Temporary imprisonment.

Divorce / Divorce
Refers to the dissolution of a marriage. While maintaining divorce for fault, the law of 11 July 1975 instituted divorce by mutual consent (on joint request or accepted application) or for the breakdown of life together.

Dommages / Damages
Consequences of an accident.

Dommages et intérêts / Damages
A sum of money, paid in the form of an annuity or lump sum, intended to compensate for the damage suffered by a natural or legal person.

Droit / Law<1) Set of rules governing social life. 2) Also refers to the prerogatives assigned to an individual.

Droit commun / Common law

Droit de visite et d'hébergement / Right of contact with children
In the event of divorce or separation of unmarried parents, means the legal capacity of either parent to see and receive their child when the child does not ordinarily reside at home.

Emprisonnement / Imprisonnment
Conviction by a court to serve a prison sentence.

Expert / Expert
Technician qualified for an information mission to enable the judge, who appointed him, to render his decision.

Expertise / Appraisal
A measure ordered by the judge or court, which consists of entrusting qualified technicians with an information mission to enable the judge or court to render its decision. When the case does not present any particular difficulties, it may be a consultation or even simple findings.

Expulsion - Expulser / Expulsion - 1) Order given by the Minister of the Interior to a foreigner to leave French territory. 2) Enforcement, by a judicial officer, of a court decision or a notarial deed ordering an occupant to vacate premises. The bailiff may require the assistance of the police. In some cases, the occupant may ask the judge for grace periods.

Gage (synonyme d'hypothèque)
Mortgage Refers to a guarantee granted on a building and published in the Mortgage Office. Where the obligation secured by a pledge is not complied with, the beneficiary of such security may obtain in court the sale of the immovable and be disinterested in its price in preference to the other creditors.

Garde à vue / Custody
For the purposes of the investigation, a judicial police officer may detain a person at his disposal for a maximum period of 24 hours. The Public Prosecutor may authorise the extension of police custody for up to a further 24 hours. The application of police custody is strictly regulated by law and its enforcement is supervised by prosecutors. The person in police custody has certain rights, such as the right to consult a lawyer under certain conditions. For certain offences (terrorism, drug trafficking), police custody may last a total of four days.

Garde des Sceaux / Keeper of the Seals
Minister of Justice

Grâce / Grace
An act of clemency of the President of the Republic which grants, either individually or collectively, to convicts a total or partial remission of their sentence, or commits them to a lighter penalty.

Greffe / Court Office
A service composed of civil servants who assist magistrates in their mission, it is headed by a chief clerk, the depositary of court records, who also ensures the responsibility and functioning of administrative services.

Honoraires / Fees
Remuneration of a lawyer or other self-employed professional.

Huissier de justice / Legal Officier
p style="margin-bottom: 0px; color: #000000; font-family: Arial, Helvetica, sans-serif; font-size: 12px;">
Hypothèque (synonyme de gage)Mortgage (synonymous with pledge)br />Refers to a guarantee granted on a building and published in the Mortgage Office. Where the obligation secured by the mortgage is not respected, the beneficiary of this guarantee may obtain in court the sale of the immovable and be disinterested in its price in preference to the other creditors.

Public servant whose situation is governed by the status of the judiciary. Siege Magistrate (as opposed to the Prosecutor's Office).

Juge aux Affaires Familiales
Family Affairs Judge
He sits on the Tribunal de Grande Instance. Its powers are broad: it rules on actions for divorce and legal separation and their consequences, the determination and enforcement of maintenance obligations, the attribution and exercise of parental authority.

Juge de l'Exécution
Execution Judge
As a member of the Tribunal de Grande Instance, he decides on all difficulties concerning the execution of a judgment handed down by another court.

Juge non professionnel
Unprofessional Judge
Citizen designated or elected, as the case may be, to participate with professional magistrates in the work of Justice. Example: juror of the Court of Assizes, assessor of the Children's Court, consular judge of the Commercial Court, assessor of the Commercial Leases Court, assessor of the Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale.

Decision rendered by a court of first instance. Broadly defined, means any decision rendered by a court.

All published court decisions, which interpret and clarify the meaning of legal texts and, where appropriate, supplement laws and regulations.

Damage suffered by a person as a result of a contract between parties. Sanctioning this harm may result in: financial compensation, cancellation of the contract which caused the damage.

Licenciement Dismissal
Dismissal of an employee by his employer.

Loi Law
Formality by which a public authority certifies the authenticity of an act.

Malfaçons Defects

Defects presented by a delivered item which render it unfit for its intended use. They may be due to a design error, the quality of the materials used in its manufacture, or the misuse of these materials.

Mise à pied
An employer's decision to prohibit an employee from coming to work without receiving a salary. It often announces a dismissal procedure.

EChild or adolescent, who has not reached the legal age of 18 years.

Notaire Notary
A ministerial officer in charge of receiving or drafting deeds and contracts, thus conferring on them the authenticity that makes them indisputable.


Formality by which a person is officially kept informed of the content of an act to which he or she has not been a party, or of a court decision. This can be done by registered letter or by bailiff. In general, the possibilities of appeal start from the date of notification.

Nouvelles régulations économiques New economic regulations
The name given to the purpose of Act No. 2001-420 of 15 May 2001, which provides for a number of important measures relating to legal relations of an economic nature and amends the Monetary and Financial Code, the Commercial Code, the Consumer Code and the Labour Code. This law regulates, in particular, the notion of company director.Information concerning agreements entered into by a company with one of its managers, the sale or acquisition of shares listed on financial markets, investment certificates, the fight against money laundering, the means and powers of the Competition Council, the means to combat certain anti-competitive commercial practices, the creation of the functions of Deputy Chief Executive Officer, the holding of multiple offices, the status of Statutory Auditors, the payment of the capital of limited liability companies and variable capital companies, the powers of the Works Council, and the injunction procedure. See the text which can be consulted on the "Légifrance"website.

Novation" is the effect of replacing an extinguished legal link with the conclusion of a new contractual relationship. It takes place either as a result of a change in debt between the same contractors, or as a result of a change of creditor or the effect of a change of debtor. This term is also used to refer to the substitution of new contractual conditions for those previously agreed by the parties.

For example, we will refer to the case law. Thus, the Court of Appeal of Versailles ruled (1st Ch., 2nd sect.., 19 April 2005- BICC n°640 of 15 May 2006), that the establishment of a contractual plan of reorganization by an over-indebtedness commission is not intended to make the debtor contract a new debt which would replace the old one, its exclusive purpose is to arrange the repayment in such a way as to make it compatible with the resources of the debtor in a situation of over-indebtedness. The fact that such a plan modifies or eliminates contractual interest, whether it is a loan or not, is therefore not of such a nature as to take novation into account, which, apart from the will to nover, presupposes the extinguishment of the old debt by substitution of a new one.

The nature of an act which does not meet the conditions laid down by law, which results in its retroactive disappearance. Example: contract concluded without the consent of one of the partners.


A civil or criminal remedy that allows persons who have been the subject of a judgment in absentia to have their case re-tried, in their presence, by the same court.

Parquet Prosecutor's Office
It is a denomination that designates all judges who, in criminal matters before a High Court (Public Ministry), plead on behalf of the State, as opposed to judges, who make judicial decisions.


Partie civile Civil party
Legal term for "victim".


Peine Sentence

Sanction ordered by a judge in a judgment.

Pension alimentaire Maintenance allowance  
A periodic cash payment, set in Justice (if applicable), that is received by a person in need of assistance from another person who is able to help him or her. This right is based on kinship, the covenant and can be extended after a divorce. It also exists for the benefit of a child whose filiation is not established (this is called a "subsidy").


Personne morale Legal person
A grouping that is recognized as having a legal existence and, as such, has rights and obligations (company, association, trade union). It is distinguished from natural persons, i. e. individuals.


Plainte Complaint
Means of bringing to justice an offence allegedly committed against a person. Complaints can be lodged with the police or gendarmerie services, or with the Public Prosecutor.


Préjudice Injury damage
Damage suffered by a person in property, body, feelings or honour.

Préjudice corporelPhysical injury
Damage to a person's physical or mental health or integrity.


Préjudice d'agrément Accreditation damage
Damage resulting from the deprivation of certain satisfaction (usually following a personal injury accident). Example: inability to continue pursuing an artistic activity or sport.


Préjudice matériel Material Injury
Damage to property. Example: damage resulting from the destruction of a motor vehicle.


Préjudice moral -Moral injury
A psychological damage, following - for example - the disappearance of a loved one...


Civilian definition: loss of a right when it has not been exercised for a certain period of time. Criminal definition: no prosecution can be instituted against the perpetrator after:

This time limit shall be established from the day on which the offence was committed, otherwise from the last act of prosecution.

-10 years for a crime,

- Three years for a felony,

- 1 year for a ticket

Ce délai est établi à partir du jour où l'infraction a été commise, sinon à compter du dernier acte de poursuite.


Prestation compensatoire
Somme versée sous forme de rente ou de capital par une personne à son ex-conjoint, à la suite d'un divorce.


Toute personne (en prison ou en liberté) faisant l'objet de poursuites pénales autres que criminelles (c'est à dire pour contravention ou délit).


Ensemble de formalités à remplir, pour agir devant un tribunal avant, pendant et jusqu'à la fin du procès.


Moment où une affaire est jugée par un tribunal.


Deux définitions possibles :
Acte par lequel une personne donne à une autre tous pouvoirs de gérer sa fortune.
Écrit par lequel une personne donne pouvoir à une autre d'agir à sa place dans une circonstance déterminée.


Procureur général
Magistrat qui est le chef du parquet auprès d'une Cour d'Appel ou de la Cour de Cassation.


Procureur de la République
Magistrat qui est le chef du Parquet (également appelé "Ministère Public") auprès d'un Tribunal de Grande Instance.


Quote-part de dépenses.


Action permettant un nouvel examen d'une décision judiciaire. En France, on distingue deux voies de recours : ordinaires et extraordinaires

  • Voies de recours ordinaires
  • l’appel : réformer ou annuler une décision d'une juridiction rendue en premier ressort ;
  • l’opposition : ouverte au plaideur contre lequel une décision a été rendue par défaut (lui permettant de faire renvoyer l'affaire par le tribunal qui a déjà statué) ;
  • Voies de recours extraordinaires
  • Tiers opposition : exercée par un tiers intéressé n'ayant été ni partie ni représenté au procès ;
  • Recours en révision : permet de rejuger un procès pénal ou civil à la lumière de faits nouveaux ;
  • Pourvoi en Cassation : annule ou confirme une décision rendue en dernier ressort en vérifiant la bonne application de la loi.


Désistement d'un droit acquis.


Annulation d'un contrat par ses signataires ou un juge.


Il en est donné deux définitions :

Se dit quand une personne revient sur une décision qu'elle a prise. Un juge ne peut rétracter (modifier) une décision une fois qu'elle est devenue définitive ;

Refus de bénéficier d'un droit acquis.


Annulation d'un acte.


Procédure exécutée par un huissier sur les biens d'un débiteur, à la demande de son créancier. Elle garantit le paiement d'une dette.


Procédure exécutée par un huissier, à la demande d'une personne à qui on doit de l'argent, pour saisir une somme d'argent sur un compte bancaire.


Permet à un créancier, avec son seul titre exécutoire, de se faire attribuer immédiatement une somme d'argent dont doit bénéficier son débiteur, à concurrence de ce qui lui est dû ; il n'entre pas alors en concours avec les autres créanciers.


Sanction disciplinaire
Mesure décidée par un employeur à l'encontre d'un salarié.


Désigne les magistrats qui tranchent les conflits qui leur sont soumis (Juge ou Magistrat du Siège), par opposition aux magistrats du Parquet, qui réclament l'application de la loi.


Subside : voir pension alimentaire


Personne qui, sous serment, expose à la justice des faits dont elle a connaissance. Cette personne est tenue de se rendre aux convocations qui lui sont adressées, de répondre sans ambiguïté, ni omission volontaire aux questions qui lui sont posées par le juge.

Elle doit indiquer si les faits ou les propos qu'elle relate sont intervenus en sa présence. Dans le cas contraire, elle doit préciser les conditions et circonstances de son information. En cas de déposition mensongère, elle encourt des poursuites pénales pour faux témoignage. Le témoin peut recevoir, sur demande, une indemnité.


Convention écrite par des personnes qui, d'un commun accord, décident d'abandonner tout ou partie de leurs demandes pour mettre fin au différent qui les oppose.


Composé d'un ou de plusieurs juges, il a pour mission de juger.


Tribunal Administratif
Juridiction distincte des tribunaux judiciaires, chargée de résoudre les conflits mettant en cause un acte ou une décision de l'administration.


Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale
Juridiction spécialisée dans les litiges concernant les organismes de Sécurité Sociale (maladies, retraites, etc.).


Tribunal de Commerce
Juridiction composée de juges élus par les commerçants, qui tranche les conflits entre commerçants.


Tribunal des Conflits
Haute juridiction qui a pour mission de résoudre les conflits de compétence entre les tribunaux de l'ordre judiciaire et les juridictions administratives.


Tribunal Correctionnel
Formation du Tribunal de Grande Instance chargée de juger les délits et, le cas échéant, de se prononcer sur les demandes d'indemnisation des parties civiles (c'est-à-dire des personnes qui se considèrent comme des victimes).


Tribunal de Grande Instance
Il existe deux formations au sein du Tribunal de Grande Instance :

Les formations civile : juridictions chargées de juger les procès civils qui portent sur des sommes supérieures à 10.000 €. Ces juridictions sont seules à juger des affaires liées à l'Etat Civil, à la famille et aux immeubles ;

Les formations pénales : : quand il juge un délit, le Tribunal de Grande Instance s'appelle alors "Tribunal Correctionnel".


Tribunal d'Instance
Juridiction à juge unique, qui a pour vocation de régler les litiges simples, portant le plus souvent sur des sommes variant entre 4.000 € et 10.000 €


Tribunal Maritime Commercial
Tribunal spécial qui juge certains délits et contraventions prévus et punis par le Code Pénal de la marine marchande.


Tribunal Paritaire des Baux Ruraux
Juridiction spécialisée chargée de juger les litiges relatifs aux agriculteurs et plus spécialement les baux ruraux.


Tribunal de Police
Lorsque le Tribunal d'Instance statue en matière pénale, il s'appelle "Tribunal de Police". Il est composé d'un seul magistrat, qui juge les contraventions.


Tribunal pour Enfants 
Juridiction chargée de juger les délits commis par des mineurs. Composé du Juge des Enfants (qui le préside) et de deux assesseurs non professionnels, il siège en dehors de la présence du public.


Il s’agit du droit de propriété qu'une personne exerce sur un bien lui appartenant se subdivise en deux situations juridiques distinctes :

d'une part, la nue-propriété qui est le droit de disposer de son bien à sa guise, et éventuellement de le modifier ou de le détruire,

d'autre part, l' "usufruit" qui est le droit de se servir de ce bien ou d'en recevoir les revenus, par exemple s'agissant d'un bien immobilier, d' encaisser des loyers, et si l'usufruit porte sur des obligations, de percevoit les intérêts, efin dans le cas d'actions d'une société commerciale, de toucher des dividendes.

Ces deux éléments peuvent avoir des titulaires différents et à certaines occasions, ils peuvent se trouver réunis dans une seule main. Par exemple, à la date où l'usufruit prend fin, ou encore, dans le sens inverse, lorsque l'usufruitier acquiert les droits du nu-propriétaire.

Le Code civil règle, les rapports de l'usufruitier et du nu-propriétaire et il règle aussi leurs relations avec les tiers. Dans le droit de la copropriété cette situation pose le problème de la représentativité des lots sur lesquels pèse un droit d'usufruit. (voir les articles 23 de la loi du 10 juillet 1965 formant statut de la copropriété des immeubles bâtis et les articles 6 et 64 du décret n°67-223 du 17 mars 1967 pris pour l'application de ladite loi).

Lorsque l'usufruit porte sur des choses consomptibles, on parle de "quasi-usufruit". Dans ce cas l'usufruitier peut consommer la chose à son usage, à charge de restituer des choses de même nature et en même nombre ou en même quantité, à la fin de la période de l'usufruit.

En matière successorale, s'agissant des droits du conjoint survivant contre lequel il n'a pas été prononcé de jugement de divorce ou de séparation de corps, les récentes dispositions du Code civil ont modifié l'état antérieur ou explicité des principes qui naguère n'y figuraient pas. Ainsi le Code dispose que tout usufruit appartenant au conjoint sur les biens du prédécédé, qu'il résulte de la loi, d'un testament ou d'une donation de biens à venir, donne ouverture à une faculté de conversion en rente viagère, à la demande de l'un des héritiers nus-propriétaires ou du conjoint successible lui-même. La faculté de conversion n'est pas susceptible de renonciation. Les cohéritiers ne peuvent en être privés par la volonté du prédécédé.

A défaut d'accord entre les parties, la demande de conversion est soumise au juge. Elle peut être introduite jusqu'au partage définitif. S'il y fait droit, le juge détermine le montant de la rente, les sûretés que devront fournir les cohéritiers débiteurs, ainsi que le type d'indexation propre à maintenir l'équivalence initiale de la rente à l'usufruit.


L'adjectif "vacant" est un mot d'origine latine signifiant "vide", employé pour qualifier un local qui n'a pas d'occupant ou d'une manière plus précise, pour qualifier un bien qui n’a pas de propriétaire : on dit aussi dans ce cas que le bien est “ sans maître”. On trouve ces dernières expressions dans les articles 539 et 713 du Code civil concernant le Domaine Public, et 811 et suivants du Code civil à propos des successions dites vacantes par ce qu'elles ne sont pas réclamées ou auxquelles les héritiers ont tous renoncé. Voir sur ce sujet la rubrique "déshérence".

« Des successions vacantes et des successions en déshérence " tel est le nouveau titre V du Livre III du Titre Ier du Code civil résultant de la Loi n° 2006-728 du 23 juin 2006 portant réforme des successions et des libéralités (art. 809 et suivants). A la demande de toute personne qui assurait, pour le compte de la personne décédée, l’administration de tout ou partie de son patrimoine, de toute autre personne intéressée ou du ministère public, le juge confie la curatelle de la succession vacante au Service des domaines. Le curateur exerce l’ensemble des actes conservatoires et d’administration et procède ou fait procéder à la vente des biens jusqu’à l’apurement du passif. Le produit net de la réalisation de l’actif subsistant est consigné. Les héritiers, s’il s’en présente dans le délai pour réclamer la succession, sont admis à exercer leur droit sur ce produit. Lorsque l’Etat prétend à la succession d’une personne qui décède sans héritier ou à une succession abandonnée, il doit en demander l’envoi en possession au tribunal. La déshérence de la succession prend fin en cas d’acceptation de la succession par un héritier.

Le mot "vacance" s'emploie aussi en droit du travail ou en droit administratif signifier qu'un emploi n'est pas pourvu ("poste vacant") et pour désigner également la période pendant lequel le salarié est légalement autorisé à quitter momentanément son emploi.


Le mot "vacation" désigne l'unité de temps de travail sur laquelle est calculée la rémunération des interventions de certains officiers publics ou de certains professionnels. On dit alors qu'ils sont rémunérés "à la vacation". C'est aussi le salaire versé à certaines personnes engagées par une administration publique pour effectuer un travail déterminé généralement d'une durée limitée et qu'on nomme des "vacataires"

Utilisé au pluriel, le vocable était utilisé naguère ans le langage du Palais pour nommer la période pendant laquelle les Tribunaux cessaient de tenir des audiences pendant la période des congés annuels. On parlait alors des "vacations" ou des "vacances judiciaires". Pendant ce laps de temps les audiences étaient tenues pour les seules affaires urgentes par un petit nombre de magistrats désignés à cet effet par le Président de la juridiction. Ces juges constituaient la "Chambre des vacations" destinée à tenir" les audiences de vacations". Actuellement ce système a disparu, les magistrats, comme le personnel des Tribunaux, prennent leurs congés par roulement.


Valeur mobilière
La locution "valeur mobilière" englobe, d'une part, les parts représentative d'apports consentis par des investisseurs dans des sociétés de personnes, les parts d'emprunts émises, soit par l'État ou les Collectivités locales, soit par des sociétés commerciales, et elle comprend, d'autre part, les droits attachés à la possession d'actions de ces sociétés. Cette terminologie est utilisée indépendamment du fait de savoir si les titres sont ou non matérialisés. Sous le régime de la tutelle qu'il s'agisse de la tutelle des mineurs ou de la tutelle des majeurs protégés, la gestion des valeurs mobilières fait l'objet de règles particulières.

Le décret n° 2005-112 du 10 février 2005 apporte diverses modifications au décret n° 67-236 du 23 mars 1967 sur les sociétés commerciales, en particulier sur les valeurs mobilières. Pour les sociétés dont les titres de capital sont admis aux négociations sur un marché réglementé et dans la mesure où les valeurs mobilières à émettre de manière immédiate ou différée leur sont assimilables, le prix d'émission est au moins égal à la moyenne pondérée des cours des trois dernières séances de bourse précédant sa fixation, éventuellement diminuée d'une décote maximale de 5 %.

Le décret modifie également les dispositions relatives au contenu et à la publicité de l'avis qui informe les actionnaires de l'émission d'actions nouvelles et de ses modalités. Le décret précise en outre un certain nombre de délais, notamment celui de priorité de souscription, ainsi que la durée maximale de suspension de la possibilité d'obtenir des titres de capital par l'exercice de droits attachés aux valeurs mobilières donnant accès au capital. Il indique le contenu et les modalités de publicité de l'avis par lequel le conseil d'administration, ou le directoire, suspend la possibilité d'obtenir des titres de capital. Le texte prévoit la nomination de commissaires aux apports en cas d'émission d'actions de préférence au profit d'actionnaires nommément désignés et définit le contenu de leur rapport. Il modifie le délai de publicité du rapport des commissaires aux apports rendu en cas d'apports en nature ou de stipulation d'avantages particuliers.

Le texte apporte également diverses modifications formelles au paragraphe premier de la section V du chapitre IV du titre Ier du décret de 1967. Le décret organise ensuite le droit d'opposition des créanciers en cas de conversion d'actions de préférence en actions aboutissant à une réduction de capital non motivée par des pertes. Il détermine les modalités de convocation des assemblées spéciales réunissant les titulaires d'actions d'une catégorie déterminée. Le texte précise le contenu et les modalités de publicité des rapports du conseil d'administration ou du directoire et du commissaire aux comptes relatifs à l'émission, le rachat et la conversion des actions de préférence, ainsi que du rapport spécial sur le respect par la société des droits particuliers attachés aux actions de préférence.

Enfin, le décret de 2005 insère au décret de 1967 une section consacrée à l'émission de valeurs mobilières donnant accès au capital. Le texte précise quelles sont les mesures que doit prendre la société pour la protection des intérêts des titulaires de ces droits lorsqu'elle décide de procéder à l'émission, sous quelque forme que ce soit, de nouveaux titres de capital avec droit préférentiel de souscription réservé à ses actionnaires, de distribuer des réserves, en espèces ou en nature, et des primes d'émission ou de modifier la répartition de ses bénéfices par la création d'actions de préférence. Il fixe également les modalités de calcul du versement en espèces aux titulaires des valeurs mobilières donnant accès au capital lorsque l'exercice de leurs droits fait apparaître un rompu.

Consulter le texte de ce décret au JCP, G, 2005, n° 8, act. 104 et au JO du 12 févr. 2005, p. 2404 et sur le site de Legifrance.



La "vente" est une convention par laquelle une personne dite "le vendeur" cède, à une autre personne dite "l'acheteur", ses droits de propriété sur une chose ou une valeur lui appartenant. La forme n'influe pas sur la qualification du contrat qui peut faire l'objet soit, d'un écrit, soit d'une simple convention verbale. La cession peut porter sur un bien corporel ou sur des droits. La "cession de créance" ou "transport de créance", la cession de la nue-propriété ou de l'usufruit portant sur un bien ou sur un ensemble de biens et de droits comme la cession d'un fonds de commerce, d'une clientèle ou d'un brevet d'invention constituent des ventes. Certains types de vente font l'objet d'une réglementation particulière.

L'apport en société ou l'échange constituent des ventes.

Certains types de ventes font l'objet d'une règlementation spécifique telles :

-la vente des fonds de commerce (L. 17 mars 1909, D. 28 août 1909).

- la vente au déballage (L. 30 décembre 1906 et D. n°62-1463 du 26 novembre 1962.

- les ventes maritimes (L. n°69-8 du 3 janvier 1969).

- l'offre de vente dite de "téléachat" (L. n°88-21 du 6 janvier 1988.

- la vente à domicile (L. n° 72-1137 du 22 décembre 1972.

- la vente directe au consommateur (L. n°73-1193 du 27 décembre 1973 et le D. n°74-429 du 15 mai 1974).

- la vente à perte et la vente avec primes (L. n°63-628 du 2 juillet 1963 et l'ord. n°86-1243 du 1er décembre 1986).

- la vente à crédit (D. n°55-585 du 20 mai 1955 et D. n°56-775 du 4 août 1956).

Certaines clauses incluses dans des ventes sont également l'objet d'une réglementation, ainsi :

- les clauses d'exclusivité (L. 14 octobre 1943).

- les clauses relatives aux prix, au jeu de la concurrence, au refus de vente et aux pratiques discriminatoires (Ord. n° 45-1483 du 30 juin 1945, Ord. n°86-1243 du 1er décembre 1986 et le D. n°86-1309 du 29 décembre 1986).

- les clauses abusives (L. n°78-23 du 10 janvier 1978).

Quant aux ventes publiques, elles sont de deux types. On distingue :

d'une part, les ventes publiques faites à l'amiable ou volontaires lorsque par exemple des coindivisaires s'entendent pour faire vendre aux enchères par adjudication devant notaire un bien impartageable en nature,

d'autre part, les ventes forcées dans le cas où un débiteur n'exécute pas volontairement la décision de justice qui le contraint à payer des sommes liquidée par un jugement devenu exécutoire. Voir le Décret n° 2006-936 du 27 juillet 2006 relatif aux procédures de saisie immobilière et de distribution du prix d'un immeuble.

En ce qui concerne les ventes publiques de meubles, après commandement et différentes mesures de publicité, il est procédé aux enchères, soit dans une salle des ventes, soit sur un marché public par un commissaire-priseur ou, dans certains cas, par un courtier assermenté. Les contestations portant sur la distribution du prix sont portées devant le juge de l'exécution et, les créanciers qui n'ont pas pris l'initiative des poursuites, peuvent faire opposition à sa remise au vendeur. Il est ensuite procédé à la distribution aux créanciers des deniers résultant de la vente forcé. Dans l'attente d'une refonte générale des voies d'exécution, les dispositions des articles L251-3 et suivants de l'ancien Code de procédure civile s'appliquent encore à la saisie immobilière.

Concernant la vente internationale, la Cour de cassation a jugé (1ère CIV. - 25 octobre 2005, BICC n°633 du 1er février 2006) que la convention de Vienne du 11 avril 1980, instituant un droit uniforme de la vente internationale de marchandises, en constitue le droit substantiel français ; à ce titre, elle s'impose au juge français, qui doit en faire application sous réserve de son exclusion, même tacite, selon l'article 6 de cette dernière convention, dès lors que les parties se sont placées sous l'empire d'un droit déterminé. Toutes les parties ayant invoqué et discuté sans réserve la garantie de la chose vendue selon l'article 1641 du Code civil, ont, en connaissance du caractère international des ventes en cause, volontairement placé la solution de leur litige sous le régime du droit interne français de la vente, la cour d'appel n'étant pas tenue de rechercher si la convention de Vienne devait s'appliquer.


Vice du consentement

Il ne peut y avoir d'engagement valable que si, à l'instant où il s'engage, celui qui contracte, se trouve libre de toute contrainte. La validité de toute obligation suppose d'abord que le consentement ait été donné par une personne apte à exprimer une volonté lucide.

L'erreur, le dol ou la violence sont des vices du consentement. Si le consentement de l'auteur de l'engagement est jugée viciée, l'acte juridique, qu'il soit unilatéral ou synallagmatique est susceptible d'être annulé.

Mettre à néant un contrat est une chose grave parce qu'elle met en cause la sécurité des transactions. Il appartient donc à la partie qui excipe de l'invalidité de l'acte, d'établir que sans l'intervention de l'erreur, de manœoeuvres dolosives ou de faits de violence, il n'aurait pas contracté. Pour une juste analyse du cas, les juges tiennent compte de la personnalité de celui qui excipe d'un tel moyen et des circonstances de fait qui peuvent rendre plausible la thèse ainsi soutenue. Ils doivent rechercher en particulier si l'intensité de l'événement a constitué un obstacle insurmontable à l'exercice du libre arbitre de celui qui se dit en avoir été privé. La violation de l'obligation précontractuelle de renseignement peut constituer un vice du consentement comme l'ont jugé la Cour de cassation (Com. 10 février 1998, Bull., 1998, IV, n° 71, p. 55) et la Cour d'appel de Montpellier (2ème Ch., sect. A, BICC n°1er avril 2004), voir aussi sur le délai de prescription applicable en cas de nullité d'un testament pour cause d'insanité d'esprit l'arrêt de la Première Chambre civile du 11 janvier 2005 (1ère CIV. - 11 janvier 2005, BICC n°15 avril 2005).


Définition financière : Droit que l'on acquiert et qui permet d'acheter ou de vendre une action à un prix déterminé pendant une période déterminée.

Définition commerciale : billet à ordre souscrit par un commerçant et garanti par des marchandises