Ce site utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d’audience, partage avec les réseaux sociaux, profilage.

La société d’avocats Damy

La Société d'avocats Damy à Nice assure une prestation de haut niveau, de la consultation d’un avocat à la représentation en justice. Les avocats du cabinet sont compétents en droit des affaires, des sociétés, droit immobilier, droit bancaire, droit social, droit des victimes et cas de dommages corporels. Membre de l’Association des avocats praticiens en droit social, Maître Grégory Damy dispose de certificats de spécialisation.  

Le litige opposait ici deux conjoints algériens. L'épouse avait saisi un tribunal français, sur requête, pour que son mari soit condamné à lui verser une contribution aux charges du mariage. Quelques semaines avant la date de sa convocation devant la juridiction compétente, celui-ci avait saisi à la hâte un tribunal algérien d'une demande en divorce qui fut accueillie. Au cours de la procédure engagée par sa conjointe, l'époux avait soulevé une fin de non-recevoir de l'action en contribution aux charges du mariage tirée de l'autorité de chose jugée attachée au jugement de divorce délivré en Algérie.

Saisie de la question, la Cour de cassation décide de rejeter le pourvoi formé par l'époux tout en s'écartant quelque peu de l'interprétation des juges du fond. La haute juridiction rejette l'argument tiré de l'autorité de la chose jugée attachée au jugement de divorce invoqué par le demandeur et suggère que la procédure de divorce avait pour unique but de lui permettre d'échapper au versement d'une contribution aux charges du mariage.

C'est donc à juste titre que les juges du fond ont déduit que la précipitation avec laquelle le conjoint a agi constituait une fraude au jugement destinée à faire obstacle à l'exécution de la demande formulée devant la juridiction française. Grégory Damy, droit des étrangers, avocat Nice