Maître Grégory Damy
Avocat - Docteur en droit

« Phishing », blanchiment, contrefaçon... Sur Internet, les arnaques sont nombreuses ! Comment les éviter et ne pas se faire avoir ?

Le vol de données bancaires
Le vol de données bancaires passe d'abord une prise de contrôle de l'identité virtuelle de l'internaute afin de récupérer ses données sécurisées pour pouvoir accéder à ses comptes bancaires et effectuer des transactions financières. La méthode la plus répandue est celle du « phishing », ou « hameçonnage » en français. L'internaute reçoit un courrier électronique, semblant provenir d'une entreprise de confiance, telle une banque ou un site de commerce connu, qui l'invite à confirmer ses données bancaires. En fait, la page est factice et les escrocs peuvent alors vider le compte de l'internaute ou effectuer des achats en ligne.
LA CONTREFAÇON
De nombreux sites Internet proposent la vente d'articles contrefaits. Les escrocs essaient souvent de vendre ces produits sur des sites d'intermédiation comme eBay, ou même sur des sites de vente en ligne qu'ils ont spécialement créés pour l'occasion. L'acheteur ne se rend compte de l'escroquerie qu'à la réception du produit. L'internaute doit donc se méfier lorsqu'un produit de marque est vendu à un prix très faible par rapport à celui du marché. De plus, il est souvent demandé de payer avec des moyens non sécurisés (comme, par exemple, Western Union). Il n'existe pas non plus de mentions légales sur le site ou celles-ci font mention d'une adresse à l'étranger.
LE BLANCHIMENT D'ARGENT
Internet est devenu un nouveau moyen efficace pour blanchir de l'argent provenant de filières criminelles. L'internaute reçoit des spams où il se voit proposer un emploi bien rémunéré et peu fatiguant, ne lui prenant que quelques minutes par jour. Il lui est demandé de parler anglais, d'être majeur et surtout de disposer d'un compte en banque pour effectuer des transactions. Son « travail » consiste à recevoir des sommes d'argent venues de l'étranger sur son propre compte bancaire et de les réexpédier vers un autre compte bancaire situé également à l'étranger. Une commission lui est reversée en échange. L'internaute devient alors un intermédiaire dans une procédure de blanchiment d'argent illégal, alors qu'il pense faire un travail légal.

COMMENT RÉAGIR?
Un site Internet gouvernemental www.internet-signalement.gouv.fr a été mis en place pour lutter contre les escroqueries. L'internaute peut donner des éléments pour aider l'enquête : il peut, par exemple, copier l'adresse url du site ou envoyer des captures d'écran. S'il a été victime d'une escroquerie, il peut évidemment porter plainte. L'escroquerie est punie jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 375 000 euros d'amende.
COMMENT SE FAIRE REMBOURSER PAR SA BANQUE?
Si l'internaute constate des mouvements anormaux sur son compte bancaire et qu'il a été débité pour des achats qu'il n'aurait pas effectués, il doit immédiatement faire opposition auprès de sa banque. Il doit faire aussi faire une attestation sur l'honneur indiquant qu'il n'a pas voulu ces transactions. Si l'internaute n'a pas communiqué son code secret, il doit être remboursé par sa banque des sommes volées. S'il a donné son code, il y a, en général, une franchise de 150 euros. Mais si la banque démontre qu'une faute a été commise suite à la négligence de l'internaute, celui-ci ne sera pas remboursé.


Société d'Avocats DAMY, Nice, Attention aux escroqueries sur Internet ! Mise à jour 2017