Maître Grégory Damy
Avocat - Docteur en droit

Cette année, les Français élisent leur nouveau président de la République. Un certain nombre de candidats espèrent pouvoir se présenter officiellement. Mais tout le monde peut-il être candidat à l'élection présidentielle ? Faut-il remplir certaines conditions ?


OBTENIR LES "CONDITIONS LIÉES À LA PERSONNE"
Les conditions pour se porter candidat à l'élection présidentielle sont les mêmes que pour se présenter comme député. On peut citer quatre conditions principales. Il faut d'abord être de nationalité française, y compris par naturalisation. On doit avoir au moins 18 ans. Par ailleurs, il ne faut pas être un « incapable majeur », c'est-à-dire ne pas être placé sous tutelle ou sous curatelle. Enfin, le candidat doit avoir le droit de vote et ne pas avoir été déclaré inéligible par une décision de justice.

OBTENIR LES 500 SIGNATURES
Pour que la candidature à l'élection présidentielle soit validée, il faut obtenir 500 signatures de certains élus : il s'agit notamment des députés, sénateurs, conseillers régionaux, conseillers généraux et maires, sauf les conseillers municipaux. La préfecture va adresser à chaque élu susceptible d'apporter son parrainage un formulaire sur lequel l'élu va pouvoir désigner le candidat de son choix. Ce formulaire est ensuite renvoyé au Conseil constitutionnel qui va vérifier la validité et la sincérité du consentement de l'élu. Pour chaque candidat, la liste de 500 élus signataires (tirés au sort lorsque le nombre de « parrains » excède ce chiffre) est publiée au Journal officiel.

LA CAMPAGNE ÉLECTORALE COÛTE-T-ELLE CHÈRE?
Une campagne électorale présidentielle est très onéreuse. Pour favoriser l'égalité des candidats, un système de financement public de la campagne électorale a donc été mis en place. Il y a un plafonnement des dépenses : environ 17 millions d'euros pour les candidats présents au premier tour, et 22,5 millions d'euros pour les candidats présents au second tour. Les candidats ont alors droit au remboursement par l'État de leurs dépenses personnelles à hauteur d'un vingtième du montant du plafond, ou de la moitié de leurs dépenses pour les candidats qui ont obtenu plus de 5 % des suffrages. Une avance sur ce remboursement forfaitaire d'un montant de 150 000 euros est consentie dès le début de la campagne. Il y a un contrôle très strict de ce système avec l'obligation de désigner un mandataire financier ou une association de financement électoral qui va gérer les fonds de la campagne, et également avec la mise en place d'une autorité administrative indépendante, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques qui va procéder au contrôle et autoriser le remboursement des frais de campagne.


Société d'Avocats DAMY, Nice, Qui peut se présenter à l'élection présidentielle ?, Mise à jour 2017.