Depuis le 6 janvier 2020 les avocats français se mobilisent contre le projet de réforme des retraites. Il faut savoir que le régime de retraites actuel concernant la profession d’avocat est un régime, non pas spécial, mais autonome.

Il faut comprendre que ce type de régime, visé à disparaître dans le projet de réforme actuel, est géré par des caisses autonomes. Les avocats ne bénéficient pas de conditions dérogatoires concernant la durée des cotisations mais ils ont leur propre caisse de retraite qu’ils financent eux-mêmes. Leur caisse de retraite est excédentaire et reverse déjà chaque année 80 millions d’euros au régime général.

Si ce régime autonome disparaissait, les avocats verraient leur cotisations retraite augmenter, notamment pour les avocats qui gagnent moins de 40 000 euros par an. Par ailleurs, les pensions diminueraient. On comprend aisément que la profession se soit mobilisée dans toute la France pour défendre non pas un privilège mais un système stable qui permet d’exercer notre profession sereinement.

Les négociations avec le gouvernement sont en cours et, selon nos dernières informations, l’exécutif viendrait de céder en acceptant le maintien de la Caisse nationale des barreaux français.