Le mot d’ordre du gouvernement est de durcir les conditions d’indemnisation pour favoriser un retour rapide à l’emploi et par ailleurs sanctionner les entreprises adeptes des contrats de courtes durées. Ainsi le gouvernement compte faire des économies de l’ordre de 3 milliards d’euros et rendre un emploi à plus de 250 000 personnes.

- Conditions d’accès à l’assurance chômage : le projet prévoit qu’il faudra avoir cotisé au moins 6 mois sur les 2 années précédentes (contre 4 mois sur 2 ans et 4 mois actuellement) et il faudra avoir travaillé au moins 6 mois (contre 1 mois actuellement) pour prolonger d’autant sa période d’indemnisation.

- Les contrats courts sont dans le viseur. Pour les limiter le gouvernement veut mettre en place un système de bonus/malus pour les entreprises qui en abuseraient comme dans les secteurs de la restauration ou de l’hôtellerie. Des sanctions seront mises en place pour éviter leur utilisation.

- Les cadres demandeurs d’emploi vont voir leur indemnisation réduite de 30% à compter du 7è mois d’indemnisation (sauf pour les personnes de plus de 57 ans et ceux dont le revenu était inférieur à 4 500 euros). Etonnant étant donné que ce sont précisément les cadres qui cotisent le plus à l’assurance chômage ! Cette réforme n’est pour l’heure qu’au stade de projet, à suivre....